Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue chez les Samaurore

Les tribulations d'Aurore, Samuel, Margaux et Corentin à travers leurs voyages et activités sportives

Madagascar - Baie de Diego Suarez - 40 kms en kayak de mer - 2 et 3 mars 2013

1 au 11 mars 2013: Pendant que la mamie garde les marmailles à la Réunion, pendant une partie des vacances scolaires, nous partons avec Aurore dans le nord de la grande île de Madagascar pour se vider la tête, s'en mettre plein les yeux, décrasser les jambes et faire bien chauffer les bras. Bref, des vacances assez sportives et pas de tout repos mais Madagascar c'est une destination aventure pleine d'authenticité. Voilà un voyage bien complémentaire à ce que nous avions déja fait à Madagascar avec les enfants, à Nosy Be et Nosy Komba en septembre 2012 et l'île Sainte Marie en septembre 2011.

Arrivés par un avion d'Air Madagascar (si si la compagnie qui est sur liste noire, interdite de vol en Europe) depuis la Réunion, nous passons notre première nuit dans un hôtel de Diego Suarez. Dans l'après-midi, nous avions bouclé la logistique de notre raid en kayak avec l'agence New Sea Roc (www.newsearoc.com), gérée par Mathieu Delacroix, un français installé depuis 15 ans à Madagascar. Quelques achats alimentaires étaient nécessaires pour notre bivouac programmé sur l'île Suarez en plein coeur de la Mer d'Emeraude.

 

kayak1

Samedi 2 mars: l'équipe de New Sea Roc nous emmene au point de départ de notre périple en kayak de mer à l'extremité de la Baie de Diego Suarez, face au Pain de Sucre qui est l'île emblématique de la Baie de Diego, interdite d'accès car fady (réservée aux esprits des ancêtres). Nos kayaks sont spécialement conçus pour le raid de plusieurs jours, dotés de grands coffres de rangement pour le matériel et les vivres. Par précaution, nous emportons plus de 25 litres d'eau en bouteilles ainsi qu'une petite tente de bivouac et quelques vivres.

 

kayak2

Merci Google Earth pour l'image aérienne. Elle nous permet de tracer de manière trés précise notre itinéraire et d'en mesurer la distance, pas moins de 20 kms aller soit 40 kms aller/retour avec beaucoup de vent de sud-est, le fameux Varatraza qui nous a donné du fil à retordre pour passer les 3 kms de la passe de l'entrée de la Baie de Diego.

 

kayak3

La Mer d'Emeraude vue du ciel, c'est plutôt pas mal. Des fonds sableux de faible profondeur qui rendent la couleur de l'eau vert émeraude sur plus d'une dizaine de kilomètres carrés.

 

kayak5

Baie de Diego Suarez. Le sourire d'Aurore sur les premiers kilométres avec des mouvements de pagaie encore bien énergiques. Au fond on devine la Montagne des Français ou nous passerons 2 jours aprés notre périple en kayak.

 

kayak6

Aprés les 7 premiers kilométres, petite pause sur une langue de sable non loin des plages de Ramena.

 

kayak7  kayak8

Les kayaks Prijon sont parfaitement adaptés pour la navigation en mer sur plusieurs jours. D'une longueur de 5,20 m et comportant un volume de 380 litres, ils permettent de partir sur plusieurs jours avec pas mal de matériel. Un raid de 2 jours nous suffira bien pour réveiller tous les muscles des épaules et des bras. Ils sont d'une trés grande maniabilité grâce au gouvernail qui se pilote à partir de deux pédales installées dans le kayak. Sur la photo, Aurore revisse un écrou sur la pédale de gauche ce qui explique sa position sur le kayak. Arrivés à Ramena, nous faisons une bonne pause dans une gargotte dans ce petit village de pêcheur bien paisible. Nous y dégustons un Capitaine (poisson de lagon) grillé au feu de bois avec son fiz safrané.

 

kayak9

Après la pause, le gros morceau nous attend: la traversée de l'entrée de la Baie de Diego avec une bonne houle et un vent qui se renforce. Nous ne faisions pas les fiers avec les 1,5 m de creux et le vent de côté puis de face. Il faut dire que notre expérience en kayak de mer se limite à quelques sorties familiales sur le lagon de l'Ermitage à la Réunion, une sortie sur mer assez calme à Nosy Be prés de la pointe d'Andilana en septembre 2012 et une journée sur mer trés calme dans les îles Croates en septembre 2008. Aurore m'a également rappelé qu'il s'agissait toujours de kayak biplace et jamais de monoplace ce qui lui imposait de ramer toute seule à la force de ses petits bras musclés. Pour compenser, j'ai chargé dans le kayak 80% du matériel, lui laissant surtout les palmes, les masques et tubas que finalement nous n'utiliserons pas car nous on a préféré être sur l'eau que sous l'eau!

 

kayak91

Nous y voilà enfin sur l'île de Suarez sur la Mer d'Emeraude, pas fâchés d'arriver aprés nos 20 kms de pagayage. Cette île est généralement bien fréquentée le midi par les touristes qui arrivent avec des bateaux à moteurs et à voile depuis Ramena. Ils y restent le temps de manger un poisson grillé, de se baigner à proximité de la belle plage de sable blanc puis rentrent dans l'après-midi. En y arrivant vers 16h, on ne croise que 3 pêcheurs malgaches avec leurs pirogues.

 

kayak92

Nous tirons les kayaks sur la plage. Le contrat est rempli pour aujourd'hui. On va pouvoir se reposer et installer notre bivouac.

 

kayak94  kayak95

Notre bivouac n'est pas si sauvage que ça. Nous installons notre petite tente dans une des nombreuses paillotes construites pour protéger les touristes du soleil et du vent pendant leurs passages sur cette petite île. "L'île paradisiaque" qu'ils disaient. Sauf qu'en réalité elle est actuellement infestée de gros rats qui pullulent à cause des déchets laissés par les touristes, notamment les restes de poissons grillés. Nous en croiserons beaucoup autour de la paillotte et heureusement que nous avions la tente pour la nuit. Le lendemain, nous découvrirons un sac en toile épaisse percé par les rats ainsi qu'une bouteille d'eau grignotée et également percée! Nous rassurons les touristes qui souhaitent aller y faire un petit tour, il est normalement prévu d'organiser une campagne de dératisation, mais qui pose également d'autres problèmes car on trouve également quelques espèces d'oiseaux fragiles sur cet îlot située au coeur de la Mer d'Emeraude.

 

kayak93

Une île déserte (d'humains, pas de rats) rien que pour nous, c'est quand même cool. Nous jouons les Robinson Crusoé pour une nuit. Nous croisons beaucoup de crabes ainsi que des bernards l'hermite.

 

kayak96   kayak97

Le sentier pour faire le tour de l'île est par là. Ce n'est pas bien long. Nous admirons le coucher de soleil sur l'autre versant quelques dizaines de mêtres plus loin avec une côté rocheuse déchiquetée qui contraste avec le versant de sable blanc. Notre repas du soir n'est pas trés frugal: une boite de pâté, une boite d'haricots verts, des pommes et beaucoup d'eau car on se déshydrate beaucoup sur l'eau. Pour le lendemain matin des céréales, un pack de jus de fruits et encore des pommes.

 

kayak98

Le vent s'est déchainée une bonne partie de la nuit et nous rend anxieux pour le passage de la passe au retour. A 6h30 nous sommes débout et à 7h30 nous sommes dans nos kayaks pour profiter d'une mer plus calme et d'un soleil pas trop haut dans le ciel.

 

kayak99

La lumière du matin est plutôt sympa sur la Mer d'Emeraude. Le ciel se charge et nous essuyons une petite averse qui était prévue, la seule pluie de nos 10 jours à Madagascar, plutôt pas mal pour une fin de saison des pluies.

 

kayak991

Nous faisons une bonne pause sur une petite plage bien colorée avec ses falaises de grés. Cela nous rappelle la Côte de Granit Rose dans les Côtes d'Armor même si l'eau y est beaucoup plus fraîche, surtout en ce moment! Bien revigorés, nous traversons ensuite l'entrée de la Baie de Diego avec une bonne houle et ses creux de 1,50m. Heureusement dans l'autre sens le vent et le sens de la houle nous est plus favorable et nous ne tardons pas à rejoindre le petit phare de l'entrée de la Baie de Diego. Avec la houle, je n'ai pas pu prendre trop de photos sur l'eau bien qu'un petit caisson est spécialement aménagé sur le kayak pour entreposer lunettes, crême solaire et appareil photo. En revanche la jupe de protection, c'est le top pour ne pas faire rentrer d'eau dans le kayak.

 

kayak992

Aurore, prête pour affronter les 3 kms de l'entrée de la baie de Diego Suarez.

 

kayak994

nous voilà sur la grande plage d'Orangea avec une mer beaucoup plus calme. C'est un ancien site militaire du temps de la colonisation française. Nous y passerons à pied quelques jours plus tard lors d'une superbe randonnée aux 3 baies (Baie de Sakalave, Baie des Pigeons, Baies des Dunes).

 

kayak993

nous observons un groupe de malgaches qui pêche "à la senne" avec un petit filet afin de ramener quelques poissons de friture. Nous reprenons ensuite les kayaks pour rejoindre la plage de Ramena. nous méritons bien une Marguerite au feu de bois avec son riz safrané (le type de poisson à la carte de la gargote dépend de la pêche du jour) avant d'achever notre périple avec la dizaine de kilomètre nous ramenant à notre point de départ. nous y arrivons vers 15h30, une demi-heure avant notre rendez-vous avec Mathieu. En sortant les kayaks de l'eau je met le pied gauche sur une huître dépassant de la vase (invisible avec l'eau boueuse à marée basse) qui me taillade le dessous le pied. Même si c'est assez profond, cela ne m'empêchera pas de marcher plusieurs heures par jours les jours suivants. La nuit à l'hôtel va être réparatrice, nous avons les bras et les épaules en feu aprés ces 40 kms de pagayage. Heureusement le reste des vacances ne sera pas aussi intensément sportif. Voilà un périple sur la Mer d'Emeraude qui restera gravé dans nos mémoires, une belle aventure vécue en couple sans les enfants.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Excellent le bivouac en kayak... ou comment se cramer les bras avant d'aller grimper !! :)
Répondre
L
Sympa votre périple en kayaks. Ce que je relève c'est vos bras en feu par l'effort mais aussi par de belles marques de coup de soleil ;)
Répondre