Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par samaurore

17 janvier 2012: Nous profitons d'un jour de congés et de la présence des grands parents pour s'échapper une petite après-midi sans les enfants dans les endroits insolites de la commune de Saint Paul. L'objet de la sortie est d'explorer le tube de lave du Bassin Bleu, également appelé Grotte des Salanganes, situé à quelques minutes de marche du village artisanal de l'Eperon. Voilà bien longtemps que je n'avais pas fait de spéléologie et pour Aurore c'est un peu une découverte si on ne compte pas les grottes touristiques visitées, notamment la Caverne Patate sur l'île Rodrigues.

 

tube7

La photo souvenir prise au beau milieu du tube de lave à 250 m de l'entrée sur les 550 m de développement de la cavité.

 

tube1  tube2

L'accès à la grotte nécessite du matériel d'escalade car bien que situé qu'à 6m de hauteur au dessus du Bassin Bleu, il faut franchir un surplomb avant de trouver de meilleures prises jusqu'au porche d'entrée. Depuis 2008, l'accès a été équipé avec des broches, ce qui permet d'accéder à la grotte en toute sécurité moyennant une sangle pour franchir le surplomb de départ.

 

tube10  tube11

Sur cette image, on visualise bien la hauteur d'accès à la grotte, ce qui est une très bonne chose pour protéger la cavité des dégradations.

 

tube3

L'entrée du tube fait environ 2 mètres de diamètre. Le plafond s'abaisse immédiatement sur les 15 premiers mètres pour ensuite retrouver un diamètre plus confortable d'environ 4 m. Dans cette première partie la progression se fait souvent accompagnée par le vol des salanganes qui rentrent et qui sortent du tube (petites hirondelles endémiques des Mascareignes). La colonie niche à une centaine de mètres de l'entrée. Situé dans un élargissement, l'emplacement est marqué par l'amoncellement de guano sur le sol. Juste derrière le terrain se redresse franchement et le tube, cinquante mètres plus loin, vient mourir sur une obstruction. 

 

tube5  tube4

Au changement de déclinaison il faut s'engager par un soupirail situé au niveau du sol (petite ouverture d'où provient un fort courant d'air). Une trentaine de mètres de « ramping » dans un boyau bien nettoyé permet ensuite de déboucher sur un tunnel conséquent allant jusqu'à 8 mètres de largeur. Les concrétions de magnésite et de calcite sont à partir d'ici très abondantes. Une première salle correspond à un effondrement et une seconde au recoupement d'un ancien tunnel. Sur la partie finale le terrain devient plus humide avec des parois qui suintent de plus en plus une production terreuse d'apparence et de texture argileuse. Dans cette zone d'effondrement le plafond atteint une dizaine de mètres et la largeur 15 mètres. Peu après une salle circulaire marque la fin du tube. Au sol une dalle régulière correspond au siphon de lave qui a donné naissance à la grotte.

 

tube6   tube12

C'est grâce à la description topographique de Pascal COLAS, guide bien connu à la Réunion pour avoir ouvert de nombreux canyons mythiques, que nous avons pu faire cette exploration située à quelques kilomètres de la maison. Avec 550 m de développement, c'est un des tubes de lave les plus développés de la Réunion. Malheureusement un petit incident viendra gâcher la fin de l'exploration. Dans la salle du petit déjeuner, en mettant le pied sur un bloc instable, j'ai trébuché et le bloc est venu taillader ma cheville gauche au niveau de la maléole occasionnant une bonne entaille de l'épiderme. Du coup, nous sommes revenus sur nos pas assez rapidement avant de sortir de la grotte. Heureusement depuis le Bassin Bleu, il ne faut pas plus de 5 minutes pour rejoindre le parking du village artisanal de l'Eperon. Un médecin généraliste trés sympa m'a évité une longue attente aux urgences de l'hôpital de Saint-Paul en me mettant 5 points de suture. Je n'ai eu à attendre que 45 minutes avant l'intervention. Et oui, c'est ça d'être un aventurier mais la prochaine fois on ira en pantalon et en chaussures plus montantes pour éviter ces mésaventures. Malgré tout, ce tunnel de lave vaut le détour si on n'a pas peur de ramper pendant 30 mètres après avoir contourner les tas de guano de Salanganes.

 

Commenter cet article

nicnic38 05/02/2012 20:54

oui oui ça arrive ... promis!!!

samaurore 05/02/2012 06:19

Salut Nico,
En visitant ce tube de lave, je me suis rappelé d'une de mes dernières incursions souterraines avec toi en Chartreuse, au Trou du Glas au pied de la dent de Crolles. Déjà plus de 3 ans! Bon, on
attend d'autres photos de Ténérife sur ton blog!

nicnic38 01/02/2012 14:17

Génial!!

On a fait ça à Ténérife... avec guide... c'est assez impressionnat...
Et d'imaginer que la lave pouvait y couler à 40 km/h...
Soignes toi bien !!!