Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par samaurore

25 octobre 2009: Voilà la date de mon marathon d'automne 2009. Après le Marathon du Mont Saint-Michel au mois de mai 2009, voilà une bonne occasion de faire un petit séjour touristique et sportif dans la sérénissime, la ville mythique de Venise. Partis en voiture de Grenoble le samedi matin, nous sommes arrivés dans l'après midi après 6h de route à travers la plaine du Pô. Récupération du dossard au Parc Giuliano puis après avoir mis la voiture au grand parking du Tronchetto, nous avons pris le Vaporetto n°2 jusqu'à Arsenale. De là nous étions à moins de 5 minutes de notre petit hôtel à moins de 700m de la Place Saint Marc et du magnifique Palais des Doges à côté de la Basilique Saint Marc.

Dimanche matin
: Heureusement que nous changeons d'heure car se lever à 5h du matin, ca raccourcit la nuit.
Petit déjeuner à l'hôtel, je ne suis pas le seul, il y a d'autres marathoniens car pas moins de 6000 coureurs se sont inscrits pour ce célèbre marathon italien. Vaporetto n°2 jusqu'au Tronchetto on l'on prend les navettes de bus pour Stra non loin de Padoue. Vers 6h50 les premiers bus arrivent et se remplissent rapidement. Arrivés à Stra, des grandes tentes permettent de se préparer sans être trop dans le froid. On se retrouve dans une ambiance particulière avec des centaines de coureurs qui se préparent, s'enduisent de crême, se frictionnent... 8h30: il faut rentrer dans les sas de départ, une heure avant le départ prévu initialement à 9h20 mais décalé finalement à 9h30.

Avec mon marathon du Mont Saint Michel parcouru en 3h25mn au printemps, je suis dans le sas des 3h-3h30 ce qui me permet de ne pas être trop loin dans le peloton. Je suis le meneur d'allure des 3h20 sur les 5 premiers kilomètres puis je prend quelques dizaines de mètres d'avance pour être dans un groupe un peu plus fluide. Les kilomètres défilent sur un parcours plat le long du Canal de la Brenta avec de bellles villas Palladiennes. Des groupes musicaux, plutôt rock dynamique mettent l'ambiance. Je passe le 15ème kilomètre en 1h09mn puis le semi en 1h38mn soit 2 minutes de mieux que le semi-marathon de Lyon fin septembre ou je n'avais pas trop de kilomètres dans les jambes.
Je prend bien soin de boire à chaque ravitaillement, boisson énergétique ou eau, et épongeage à mi chemin de chaque ravitaillement. Je suis alors en 950ème place sur les 6000 partants. Au semi-marathon je m'alimente avec des morceaux de banane et de pommes. Avec le changement d'heure, pas moins de 4 heures entre le petit déjeuner et le départ, il faut donc éviter la fringale. Je perd peu à peu du rythme, l'arrivée dans le Parc San Julianio me laisse entrevoir une fin de parcours difficile et effectivement après le 30ème kilomètres, c'est le mur et le fameux Pont de la Liberté va être un véritable calvaire. Je perd pas moins de 400 places en 3,8 kilomètres, j'ai le ventre qui gargouille, les jambes qui flagellent, je marche par intermittence. A l'entrée de Venise, il ne reste que 3 kilomètres mais pas des moindres avec 13 ponts à traverser sur des passerelles installées pour l'occasion pour éviter les escaliers. Le parcours est fantastique et le public nous encourage avec beaucoup d'entrain. Le passage sur le pont temporaire du Grand Canal est un moment inoubliable, juste avant de passer devant la Place Saint Marc et le Palais des Doges.
Je croise Aurore et Margaux qui commencaient à s'impatienter de ne pas me voir arriver dans la tranche des 3h20-3h30. Je finis péniblement en 3h 44mn à la 1786ème place sur 6000 partants et 5550 arrivants.

 

Un petit sourire esquissé au passage devant mes "femmes" à 500m de l'arrivée / Margaux m'a encore bien encouragé

 

Superbe ambiance en passant devant la Place Saint Marc - le souriresur la ligne d'arrivée avec la médaille de "finisher" en forme de t^te de gondole, symbole vénitien.



Et voilà le grand vainqueur du jour, John KOMEN, un Kenyan qui aura bouclé les 42,195 kms en à peine 2h 08mn seulement 4 minutes de plus que le record du monde réalisé par Haïlé Gebreselassié au Marathon de Berlin en 2008.

Avec ce 8ème marathon, j'aurais réalisé ma plus mauvaise performance (à l'exception du marathon du Médoc qui n'est pas trés roulant et qui se court pour le fun, par pour le chrono). Alors que sur les autres marathons, je n'ai jamais eu véritablement le mur, là je peux dire que je l'ai eu pour de bon. Deux heures après la course, impossible d'avaler quelque chose, plutôt envie de vomir. Et finalement le soir même la pizza n'est pas passé, je l'ai rendu à la lagune pour le bonheur des poissons. Il faudra attendre le lendemain matin pour retrouver un peu de fraîcheur.
Les deux semaines précédentes, de grosses semaines de boulot avec beaucoup de déplacement, peu de sommeil, peu d'entraînement et une bonne bronchite et laryngite qui ne passait pas malgré les médicaments (probablement la grippe A ou la grippe saisonnière).
Je suis sans doute parti trop vite mais même en partant sur une allure moins rapide j'aurais sans doute coincé sur les derniers kilomètres. Côté entrainement je n'ai fait aucune séance de fractionné, en revanche j'ai réalisé une séance de 2h30 non stop, première fois dans la préparation d'un marathon mais ça n'a pas suffit. Côté poids, 76,5 kg sur la balance alors que j'étais plus à 78 kg au Mont Saint Michel. Côté température, il a fait relativement chaud sur le deuxième semi mais ce n'est pas ça qui peut expliquer la contre performance.

Finalement je vais me rassurer en me disant qu'au final je termine quand même dans la fin du premiers tiers du marathon alors que mon niveau me permet d'être dans le premier quart.
Pas trop de regrets, la course était belle et restera inoubliable, malgré la douleur!
A nous le Venise touristique pour les deux jours à venir...

Commenter cet article

Gerard 09/11/2009 22:31


Bravo pour ce marathon.
J'ai participé 2 fois au marathon de Venise.
Te lire et voir tes photos me rappellent de bons souvenirs.
De plus, la ville est magique.
Sportivement


Christophe 04/11/2009 11:24


Bravo Sam.
Tu ne pouvais pas faire une eprf vu le rythme que tu avais eu les semaines précédentes pour le boulot. Fatigue plus crève, pas de temps pour s'entrainer. Tu l'as terminé ce marathon, et avec un
temps plus qu'honorable. T'es un champion, c'est sûr. Tant pis pour la pizza et tant mieux pour les poissons...


Matthieu 01/11/2009 22:12


Bravo pour ce marathon! Ca doit pas être facile; outre l'effort long et intense, le corps, les articulations, les pieds doivent beaucoup souffrir. L'ambiance avait l'air bien sympa... j'espère que
tous ces marathoniens n'étaient pas trop musclés, ça serait bête de faire couler Venise.
Maintenant, j'imagine qu'il va falloir attendre l'an prochain pour que tu battes ton record... à moins qu'il y ait des marathons de Noël: en courant sur la glace, on doit aller plus vite.
Encore bravo, et je te souhaite de bien récupérer.


Sophie 31/10/2009 22:33


Peu importe le résultat...bravo à toi Sam!!